volets

Faites confiance à Volets

Immobilier : les primo-accédants font leur grand retour sur le marché

Une étude démontre que les primo-accédants font leur grand retour sur le marché immobilier après une longue période de silence, mais aussi d’autoévaluation sans doute de leur situation personnelle et financière. Les Français sont fortement engagés dans un projet immobilier malgré la crise mondiale et la hausse progressive des prix de l’immobilier et des taux d’intérêt. Mais comment expliquer ce phénomène ?

Immobilier : les acheteurs concernés par les primo-accédants

Pour rappel, on considère un primo-accédant comme un particulier qui achète son tout premier logement. Mais la plupart d’entre eux ont commencé par la location avant de se décider d’investir dans un achat immobilier. Depuis 2 ans, ils font leur grand retour sur le marché des biens immobiliers, et ce, pour de multiples raisons. Mais on n’en citera que deux :

Dans le meme genre : Comment se calcule la plus-value sur un bien immobilier ?

  • Des conditions exceptionnelles d’emprunt.
  • Des conditions avantageuses sur les dispositifs gouvernementaux.
  • Les aides financières à leur destination.

A partir du mois de juillet 2017, les primo-accédants ont décidé de faire un pas vers l’acquisition d’un premier logement. Malgré tout, il y avait des longues périodes où ils étaient totalement disparus du marché. Un primo-accédant est considéré comme un particulier qui réalise sa première acquisition immobilière. Ils profitent des avantages offerts par le gouvernement et par les banques pour acheter en toute confiance.

Il s’agit :

En parallèle : Quelle est la meilleure façon d’investir dans l’immobilier ?

  • Des jeunes couples entre 25 à 34 ans.
  • Des jeunes actifs en début de carrière professionnelle.
  • Des jeunes avec encore, une capacité d’emprunt limitée.
  • Des jeunes qui ne possèdent pas encore de résidence principale.

Immobilier : ce qui explique cette tendance

Le regain d’activité notamment des primo-accédants peut avoir une explication logique. Il peut s’agir de :

  • Une baisse des taux.
  • Une stabilité des taux.

Mais attention, cette situation ne dure pas très longtemps avec la crise sanitaire et la crise causée par la guerre en Ukraine. Les taux de crédit connaissent une hausse progressive en ce moment. Il s’agit d’une hausse qui se rapproche des taux d’usure. Malgré la demande, les primo-accédants vont se préparer au refus de leur dossier de prêt auprès des banques, à moins qu’ils disposent déjà :

  • Une épargne très solide.
  • Des revenus élevés.
  • Une résidence secondaire ou d’une part de loyers perçus chaque mois.
  • Plusieurs garanties.

Malgré la hausse des prix de l’immobilier en France, cela n’a pas empêché aux primo-accédants de convoiter des biens immobiliers pour :

  • Préparer leur avenir.
  • Préparer leur retraite.
  • Se protéger de la crise.
  • Offrir une stabilité à leurs enfants.

Alors, il est normal de se demander si c’est toujours le bon moment d’acheter en tant que primo-accédant. Tout dépend de différents paramètres :

  • Le profil du primo-accédant.
  • Le type de bien que l’on souhaite acquérir.
  • Son apport personnel.

Mais en général, les banques se méfient des premiers acquéreurs de bien immobilier, pensant qu’ils ne sont pas encore stables. Mais il y a aussi la question de maturité et d’engagement financier. Les banques sont particulièrement sévères en ce qui concerne les primo-accédants. Elles réalisent ce qu’on appelle une sélection de dossiers.

Bon moment ou non, les primo-accédants ont intérêt à se tourner vers un professionnel de l’immobilier, par exemple en faisant appel à un courtier immobilier afin de les aider dans leur quête et leur envie d’avoir leur chez-eux.

Immobilier : une demande renforcée avec les aides financières

L’Etat soutient l’acquisition des premiers logements. Il existe d’ailleurs des aides financières qui favorisent leur accès aux prêts immobiliers. On peut d’ailleurs citer le fameux prêt à taux zéro ou PTZ qui permet de :

  • Bénéficier d’un crédit sans intérêt.
  • Bénéficier d’un montant en fonction de la zone où se situe le logement.
  • Financer une partie de l’acquisition.

Mais les primo-accédants ont intérêt à compléter cette financière avec :

  • Un prêt.
  • Un apport personnel.

Le prêt en question concerne :

  • Le prêt d’accession sociale ou PAS.
  • Le prêt conventionné.
  • Le prêt immobilier bancaire.
  • Le prêt épargne logement.
  • Le prêt complémentaire.

Back to top